La saliromanie, également connue sous le nom de salirophilie, est dérivée du terme “souillure”. Un salirophile est une personne qui éprouve du plaisir sexuel en souillant d’autres personnes, elle-même ou des objets. La boue, les fruits, le sperme, le sang, l’urine ou les excréments sont quelques-unes des substances dont ces personnes se souillent.

La scatophilie est l’amour des excréments

Cette forme de salirophilie se caractérise par un désir d’excréments, de vomissures ou de matières fécales, que l’on appelle “douches dorées” ou “caviar” dans la scène. Les urophiles sont sexuellement attirés par le fait d’uriner sur les gens, de voir les autres uriner sur eux ou de regarder les autres uriner.

Les coprophiles s’enduisent d’excréments, se font enduire d’excréments ou en enduisent des objets utilisés lors d’activités sexuelles. La scatophilie et l’urophilie inclut fréquemment la consommation d’urine pour l’excitation sexuelle et l’ingestion de matières fécales (coprophagie).

Il s’agit d’une paraphilie médicalement peu courante, un état sexuel qui se superpose parfois à d’autres paraphilies, comme le fétichisme sexuel. Étant donné que la frontière entre un état sexuel et la vaste gamme de variantes sexuelles est floue, les médecins hésitent désormais à qualifier ces comportements de troubles.

Les fétichistes de l’urine et des excréments dans le milieu BDSM

Forcer quelqu’un à consommer des excréments est un type de honte populaire dans les prisons ou dans l’armée. Comme d’autres formes d’humiliation, cette pratique contribue à créer des hiérarchies entre les prisonniers et les soldats.

Cependant, dans le milieu BDSM, ces actions sont accomplies avec une approbation réciproque. D’ailleurs, de nombreux hommes et femmes scato et uro se rejoignent dans des sites dédiés aux rencontres scato et uro. Psychologiquement, il s’agit d’une forme de fétichisme dans lequel les excréments représentent une partie de l’époux.

La stimulation sexuelle par les fluides n’est pas le but des rituels sadomasochistes incluant l’urine ou les matières fécales mais davantage :

  • Gêne, infériorité et impuissance liées aux excréments
  • Une punition
  • La réduction du partenaire à un toilette
  • Une récompense

La coprophilie et l’urophilie sont risquées

Les coprophiles sont stimulés par une variété de stimuli, comme voir des gens déféquer (voyeurisme coprophile), être témoin d’excréments, les frotter ou s’en barbouiller. Un autre choix consiste à supprimer la défécation et à profiter de l’absence de contrôle, seul ou avec des amis.

Les activités coprophiles présentent des risques

Il y a un danger, surtout avec la coprophagie. Les excréments présentent une forte concentration de bactéries et de champignons. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont plus vulnérables aux infections.

Les activités urophiles présentent des risques

L’urine fraîche de personnes en bonne santé n’est pas nocive pour l’organisme. Normalement, les bactéries contenues dans cette urine ne provoquent pas de maladies. En revanche, l’urine stockée qui a été exposée à l’air est préoccupante. Les germes colonisent cette zone très rapidement et massivement. Boire l’urine de personnes infectées vous fait courir le risque d’être vous-même malade.

Le risque d’être contaminé par le VIH n’existe que si le sang est utilisé lors d’activités sexuelles. Bien que le virus puisse être présent dans le sang, la salive, les larmes et la sueur, les quantités sont si minimes que la transmission est impossible.

En ce qui concerne l’hépatite A, la situation est très différente. Dans ce cas, le risque de contracter une infection en ingérant l’urine d’un étranger est élevé. Si vous souffrez d’une infection de la vessie, la consommation d’urine est susceptible de vous rendre malade.

En bref, on ne boit pas l’urine d’une personne enceinte ou d’une personne qui a besoin de médicaments au quotidien. En cas de doute, consultez votre médecin traitant ou un urologue.

La souffrance des excrémentophilie

La progression des troubles sexuels se concentre sur la douleur des personnes atteintes (ainsi que sur la menace pour les autres), plutôt que sur les comportements mutuellement consensuels jugés offensants dans la culture. L’excrémentophilie est incontestablement synonyme de douleur et de ceux qui en souffrent. De nombreuses personnes ne souhaitent pas être stimulées par ces choses et les condamnent donc d’emblée, mais elles ne peuvent empêcher leur excitation et en souffrent.

Les déclencheurs potentiels de la coprophilie

Une des raisons de l’obsession érotique pour les matières fécales est l’éducation compulsive de l’enfant à la “propreté” par les parents les plus critiques, à savoir les mères. Non seulement le garçon s’oppose à l’interdiction, mais celle-ci devient souvent une fascination dans l’inconscient du nourrisson. Les enfants sont particulièrement influencés ici, car non seulement les excréments étaient tabous, mais aussi toutes les autres sortes de “saletés” comme l’argile, et ils étaient disciplinés en tant que nourrissons et plus tard en jouant dans les flaques d’eau s’ils devenaient “sales” dans leurs excréments.

La salirophilie peut-elle devenir pathologique ?

Les désirs et les actes sexuels tels que l’homosexualité, la masturbation ou le changement de partenaire sexuel, qu’une culture humaine reconnaîtrait comme une évidence, sont assimilés à des comportements tels que l’abus ou la pédérastie, qui causent les dommages les plus graves et permanents à autrui.

La salirophilie est aujourd’hui reconnue comme une condition sexuelle, mais pas strictement comme une pathologie, par la médecine sexuelle moderne. Ce n’est que si le fétiche (dans ce cas, l’enduit de substances) supprime complètement les interactions avec le partenaire intime, s’il prend des caractéristiques de dépendance, si la personne atteinte ressent peu de plaisir sans le fétiche et, surtout, si la salirophilie provoque une pression de douleur, qu’elle est considérée comme psychotique et qu’elle doit donc faire l’objet d’une consultation.

Salirophilie : un trouble ou une variante ?

Une variante sexuelle est décrite comme un comportement sexuel “inhabituel” dans lequel les deux parties concernées sont d’abord d’accord, puis sont arrivées à cet accord mentalement en raison de leur âge. En outre, les personnes atteintes doivent être capables de ressentir un désir sexuel même en l’absence des stimuli associés et ne doivent pas présenter de comportement de dépendance. Il ne s’agit pas d’une maladie dans ces situations.

Les manifestations légères de salirophilie dans ce contexte sont courantes : les personnes concernées sont excitées par le “langage sale”, à l’envie des adolescents de faire des expériences ou de s’amuser nus dans la boue “comme des animaux” pendant un court moment. Parfois, il s’agit simplement d’une question d’expérimentation sexuelle.

Blandine est une sexologue diplômée d'un Master II Psychologie clinique et psychopathologie du traumatisme. Enseignante en psychologie, Blandine pratique de la psychologie et sexologie dans un cabinet libéral et dans les institutions depuis plus de 18 ans. Elle nous offre son expertise au travers de ses publications sur notre site. Blandine est spécialisée dans les dépressions, les addictions, la sexologie et les troubles de la sexualité.

Laisser un commentaire

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici