Quelle est la fréquence d’une activité sexuelle typique ?

Quelle est la fréquence d’une activité sexuelle typique ? Le sexe est un aspect essentiel de notre vie qui n’a commencé que récemment à être discuté librement. L’analphabétisme sexuel engendre plusieurs questions susceptibles de faire douter de soi. Quelle fréquence est normale ? Existe-t-il une sorte de norme ? Et si j’ai envie de sexe plus souvent que mon partenaire ? Et si je ne veux aucune activité sexuelle ? Nous déterminerons ensemble la solution.

sexualité d'un couple

Existe-t-il des normes pour les rapports sexuels ?

La norme est une notion relative. Il existe des points de référence, notamment l’âge et la constitution sexuelle (désir sexuel), mais tous les sexologues ne sont pas d’accord avec cette approche. Par conséquent, il est plus juste d’affirmer que sera habituel ce qui ne fait pas souffrir une personne pendant une période prolongée et n’a pas d’impact négatif sur sa vie ou celle de son entourage.

Il existe des personnes dont l’activité sexuelle interfère avec leur vie quotidienne. Tout était normal jusqu’à ce que l’obsession commence : leur libido crève le plafond et ils veulent du sexe en permanence. Il faut alors examiner sa santé, car il peut s’agir de lésions cérébrales organiques – altérations organiques – ou d’une schizophrénie lente ou d’un trouble affectif bipolaire (BAR), dont la phase maniaque se caractérise par un besoin insatiable d’activité sexuelle.

Ensuite, nous pourrons discuter d’un aspect de normalité ou de déviance. Sinon, tout est relatif.

On considère que les personnes engagées dans une relation devraient avoir une activité sexuelle deux ou trois fois par semaine. Mais c’est cet élément qui amène souvent les individus à s’interroger sur leur sexualité : et si je ne veux pas avoir de rapports sexuels aussi fréquents ou pas du tout, alors que faire si je suis anormal ?

sexualité d'un couple

Pourquoi est-il important de connaître son désir sexuel ?

Chacun est unique et a ses propres désirs sexuels ; certains préfèrent avoir des rapports sexuels plus souvent, d’autres moins souvent, et d’autres pas du tout. Cela entraîne souvent des malentendus entre les couples.

Fréquemment, les clients me demandent s’ils ont besoin de plus ou moins d’activité sexuelle. Pour cette raison, il est essentiel de passer un test d’orientation sexuelle pour déterminer ce que la nature vous a donné. Combien de ressources physiques un individu possède-t-il pour que l’excitation physiologique se produise.

Et il s’avère parfois que les personnes ayant un indice assez ordinaire agissent de la même manière que celles ayant un indice élevé – elles ont besoin de beaucoup et souvent. Ou bien, elles déclarent qu’elles ne veulent pas du tout d’activité sexuelle. C’est là que nous devons examiner de plus près : il se peut que quelque chose se passe avec la libido, ou peut-être qu’une personne tente d’acquérir des significations du sexe qu’elle ne reçoit pas dans sa vie quotidienne en ayant plus de sexe.

La signification du sexe influence-t-elle sa fréquence ?

Si chaque individu devait se demander ce que le sexe signifie pour lui au-delà du physiologique, il pourrait y avoir des centaines de réponses uniques. Pour certains, c’est la corporalité : un moyen légalement sanctionné et socialement accepté d’obtenir quelque chose pour leur corps. Pour d’autres, c’est l’émotivité : ils ne sont pas excellents pour exprimer leurs sentiments, et pourtant, dans le sexe, ils peuvent crier, se mettre en colère et pleurer. Les personnes souffrant d’anxiété d’attachement, par exemple, veulent être rassurées sur le fait qu’elles sont aimées, ce qui peut se manifester sexuellement. Il existe de nombreuses variantes possibles.

Et si une personne est incapable de satisfaire ces demandes par d’autres moyens, la fréquence sexuelle commence à apparaître. Il est donc important de déterminer précisément les exigences qu’une personne satisfait par le sexe et d’apprendre à les satisfaire par d’autres moyens.

Si, par exemple, le sexe est le seul moyen pour une personne d’obtenir un contact physique, on peut donner d’autres possibilités, comme un massage. Si vous avez besoin de récupérer après une journée stressante, demandez 15 minutes de câlins, de sympathie ou de mots doux à votre compagnon.

En raison de la convention sociétale, il est plutôt inhabituel pour les hommes de demander de la sympathie. Avec une constitution sexuelle ordinaire, les individus commencent à développer un malaise interne qui se transforme en un besoin de sexe trois fois par jour, tous les jours. Ils se sentent mal à l’aise dans leur peau, ce qui renforce leurs émotions et leur masculinité.

sexualité d'un couple

Quel est l’impact de l’âge sur l’activité sexuelle ?

Même avec une forte constitution sexuelle, la fréquence sexuelle d’une personne sera différente à 18 ans et à 40 ans. Selon des sources scientifiques, cela est dû au fait que l’activité sexuelle demande beaucoup d’énergie. La procédure est physiquement difficile.

La sexualité n’est pas un trait inné, mais plutôt un trait qui est conditionné. De toute évidence, il n’est pas la première chose que nous voulons faire lorsque nous nous levons et ouvrons les yeux le matin. Et à mesure que nous vieillissons, nous avons besoin d’un peu plus d’énergie pour maintenir notre santé, ce qui inclut notre santé sexuelle.

Les femmes ont des concentrations plus faibles d’œstrogènes, l’hormone responsable de l’activité sexuelle. Bien qu’il y ait des cas où le contraire se produit : les niveaux d’œstrogènes diminuent et les niveaux de testostérone reviennent à la normale, ce qui entraîne une augmentation du désir sexuel.

En outre, la synthèse des hormones diminue chez l’homme. Les procédures sont ralenties. En outre, la physiologie des hommes (fonction du pénis, érection, flux sanguin et période de récupération) rend la procédure plus laborieuse pour eux.

Les femmes et les hommes ont des quantités variables de désir sexuel – réalité ou fiction ?

Dans la littérature scientifique et les recherches en sexologie, il existe une hypothèse selon laquelle la sexualité masculine est centrée dans le cerveau reptilien, la partie la plus basse du cerveau humain qui a évolué initialement, et qu’elle est très active. Peu d’obstacles entravent le désir de procréation de l’homme.

Chez la femme, le système limbique est le centre de la sexualité : entre le néocortex (partie du cortex cérébral) et la région limbique, se concentrent toutes les informations émotionnelles. Cela explique pourquoi les femmes sont plus dépendantes du sexe en fonction du contexte.

Mais il y a quelque chose de crucial qui doit être dit. De nombreux hommes croient qu’un pénis en érection indique un désir sexuel. Toute femme peut provoquer une érection chez un homme par contact physique. Mais il se peut qu’il ne la désire pas ou ne désire pas d’activité sexuelle à ce moment-là.

Les gens confondent souvent l’expression physiologique des processus d’excitation avec le désir sexuel, qui est un phénomène émotionnel et psychologique. Et c’est notre constitution sexuelle qui détermine notre attirance.

sexualité d'un couple

Comment déterminer son identité sexuelle ?

Ce n’est vraiment pas difficile. Tout d’abord, tout homme peut satisfaire ses propres besoins sexuels. La pratique de la masturbation n’a pas été éliminée. Le sexe ne se limite pas au contact pénis-vagin.

Deuxièmement, si vous êtes dans une relation, vous devez développer vos compétences en matière de communication. Dans l’idéal, un couple devrait communiquer sur la fréquence des rapports sexuels : Un homme est conscient de sa propre configuration sexuelle et de celle de son partenaire.

Il a la liberté de se créer une situation sexuelle à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, en approchant son partenaire et en annonçant : « Je veux du sexe. » C’est ce qu’impliquent l’intimité et la confiance entre les individus : exprimer une émotion et être accepté dans ce sentiment.

Il existe plusieurs réponses possibles. Premièrement, avoir une activité sexuelle. Deuxièmement, le partenaire peut dire qu’il ne veut pas de contact physique pour le moment, mais qu’il a des mains, des lèvres, des doigts et des jouets. Troisièmement, il peut s’étendre près des zones érogènes ou les toucher pendant que la personne se masturbe. Quatrièmement, le conjoint tolère le mot « non ».

Il est crucial de comprendre que si l’on vous dit actuellement « non » à vos besoins sexuels, cela ne signifie pas nécessairement que l’on vous dit « non » tout court.

En général, les individus ont une certaine distance dans leur communication. C’est vraiment crucial. En général, une personne doit être sexuellement coopérative pour pouvoir s’engager complètement dans une activité sexuelle.

Est-il vrai que plus un couple est longtemps ensemble, moins il a de rapports sexuels ?

Il existe un concept de suprématie sexuelle. Pendant la phase aiguë de l’amour, qui peut durer de quelques mois à trois ans, le désir sexuel augmente. C’est le résultat de la chimie pure : le cerveau a « senti » l’autre individu, a décidé qu’ils produiraient des enfants fantastiques, et la suprématie sexuelle s’installe, ce qui est contraire à la constitution sexuelle. Et après cet intervalle, l’individu retourne à son environnement habituel. Dans ce cas, on peut avoir l’impression que la libido a diminué, mais elle est juste revenue à son niveau habituel.

Conclusion

  1. La normalité sexuelle n’existe pas. La normalité est quelque chose qui n’a pas d’impact négatif sur votre vie ou sur celle des gens qui vous entourent.
  2. Apprenez à vous écouter, à discuter avec votre conjoint, puis à l’écouter afin d’établir un terrain d’entente.
  3. Légiférez votre droit de communiquer vos désirs.
  4. Tout le monde a la capacité de dire non.
  5. La fréquence sexuelle idéale est celle qui satisfera les attentes de deux partenaires.

Pour une sexualité épanouie, le maître mot est la COMMUNICATION !

A lire aussi : Couple sans sexe : raisons de la baisse de libido dans un couple et solutions !

Avatar photo
Blandine est une sexologue diplômée d'un Master II Psychologie clinique et psychopathologie du traumatisme. Enseignante en psychologie, Blandine pratique de la psychologie et sexologie dans un cabinet libéral et dans les institutions depuis plus de 18 ans. Elle nous offre son expertise au travers de ses publications sur notre site. Blandine est spécialisée dans les dépressions, les addictions, la sexologie et les troubles de la sexualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici